Les dernières nouvelles
Accueil / Découvrir la Suisse / Art & Culture CH / Cerny Inuit Collection

Cerny Inuit Collection

Martha et Peter Cerny vivent leur passion à travers l’art Inuit et d’autres peuples du cercle polaire. Les deux collectionneurs confient leur enthousiasme, à savoir : Découvrir où l’art commence, mais peut-être également où il peut prendre fin !

Comment en sont-ils arrivés à être passionnés par l’art Inuit ?

C’est une annonce dans le journal NZZ, il y a plus de 20 ans qui proposait : Collection d’art Inuit à vendre. Les Cerny n’avaient quasiment aucune idée des Inuits, mais par Martha, qui est Canadienne, beaucoup de ses amis Canadiens entretenaient des relations étroites avec des Inuits. Dès lors, par simple curiosité, Peter & Martha sont allés en Suisse orientale et ont vu ces 120 sculptures et lithographies. Immédiatement, ils sont tombés sous le charme de cet art. Depuis, la passion n’a jamais cessé et ils sont logiquement devenus collectionneurs d’art Inuit.

Qu’est-ce qui fascine la famille Cerny au sujet de l’art Inuit ? 

Martha & Peter Cerny ont toujours été fasciné par l’art et la sculpture en particulier en raison de la beauté du matériau et de la forme. Le peintre Tom Hopkins, récemment décédé, avait dit lors d’un vernissage : “I never saw a stupid Inuk”, je n’ai jamais vu d’Inuit stupide ! Une longue réflexion y fit suite. En effet, si un Inuit veut survivre dans la nature polaire, il n’a pas le droit à l’erreur, il doit être un excellent observateur, il doit savoir dépecer correctement un animal et enfin, il doit doit savoir se débrouiller avec un minimum de matériel. L’Inuit vit dans un conflit particulier : son gibier l’aide à survivre.

Notamment avec l’ours polaire qui est, en même temps, son ennemi ! Ces différentes qualités indéniables que sont l’observation, le dépeçage et la réduction, exercées durant des siècles, sont elles aussi exprimées dans l’art Inuit. Cette réalité fait des Inuits des artistes très talentueux.

Artistes de gauche à droite : Jesse Tungilik, Manhole Hunter / Chasseur devant un égout – Mattijusi Iyaituk, Amirruq – Johnny Lee Pudlat, Composition – Lucy Tunguaq, Elders / Les Anciens – Dmitry Pribylnov, Mammouth – Mattijusi Iyaituk, Mother praying for our survival / Mère priant pour notre survie – Sergei Luginin, Nunavut / Our Land / Notre Terre – Bill Nasogaluak, Sedna captured a Jellyfish / Sedna piégée par les méduses – Oviloo Tunnillie, Sedna – David Ruben Piqtoukun, Creature at the Floe Edge/ Creature de la banquise – Abraham Anghik Ruben (just received the Order of Canada), Shared Migration / Migration Partagée – David Ruben Piqtoukun, Sharing the Wealth / Partageant des richesses.

Depuis, la famille Cerny expose dans des musées.

Lors de très nombreux voyages au pays des Inuits et en Sibérie, les Cerny ont été amené à acheter des oeuvres auprès des artistes, des galeries ou des coopératives. Depuis, certains artistes leur ont rendu visite. Ainsi, de nombreux contacts se sont développés et naturellement, la collection s’est agrandie. Au début des années 2000, Martha & Peter Cerny ont ressenti le besoin de rendre accessible leurs oeuvres ainsi que la culture qui s’y rapporte.

De nombreuses expositions organisées dans des lieux prestigieux et hautement symboliques, leur ont démontré l’intérêt sans cesse grandissant que les gens portent à cet art et à cette culture encore largement inconnue.

Un musée en ville de Berne, la Cerny Inuit Collection.

Afin de devenir une plateforme internationale pour l’art Inuit venant du cercle polaire, le musée Cerny Inuit Collection a vu le jour. Il est ouvert au public.

Artistes de gauche à droite : Visages, Lucy Tasseor de Arviat, Nunavut, Canada – Femme avec Enfants, Axangayuk Shaa de Cape Dorset, Nunavut, Canada – Chaman voler, Manasie Akpaliapik de Arctic Bay, Nunavut, Canada – Femme lisant, Manasie Oviloo Tunnillie de Cape Dorset, Nunavut, Canada – Composition, Johnny Lee Pudlat de Cape Dorset, Nunavut, Canada – Les Anciens, Lucy Tunguaq de Baker Lake, Nunavut, Canada – Mère priant pour notre survie, Matijusi Manukuluk Iyaituk de Ivujivik, Nunavut, Canada – Aigle, Samayualie Aningmiuq de Kingnait/Cape DorsetNunavut, Canada – Enfants jouant, Lucassie Echalook de Inukjuak, Nunavik, Canada – Chaman va sur la lune, Bill Nasogaluak de Tuktoyaktuk, NWT, Canada.

© Photos / Severin Nowacki

> Visitez le site

Contributeur: Jonathan

A voir aussi

Fondation de la Saison culturelle de Montreux

La Fondation de la Saison culturelle de Montreux (FSCM), c’est d’abord l’incarnation d’une volonté politique forte envers l’activité culturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

%d blogueurs aiment cette page :